L’association Villes de France, qui rassemble des maires et des présidents d’agglomérations de taille moyenne, (200 communes et agglomérations de 20.000 à 100.000 habitants, soit 60 % de la population) constate :

Extrait du communiqué du 8 mars 2016

Jamais dans l’histoire ferroviaire française, les villes moyennes n’ont eu à connaître un tel désengagement de la part de la SNCF, que ce soit en matière de circulation de TGV ou de trains intercités (dits TET). A la clef en 2016, une multiplication des fractures territoriales pour des bassins de vie de plusieurs dizaines voire centaines de milliers d’habitants.
Une situation qu’a vivement critiqué hier lors d’une conférence de presse, la présidente de Villes de France, Caroline Cayeux, aux côtés des maires d’Arras, Frédéric Leturque, de Colmar, Gilbert Meyer, de Montargis, Jean-Pierre Door, de Sète, François Commeinhes, et de Vitré, Pierre Méhaignerie.
Face à des scénarios qui envisagent - à très court terme - une érosion irrémédiable du service, voire un sacrifice délibéré de l’activité ferroviaire, la présidente de Villes de France a déclaré vouloir redonner la priorité au bon sens, à la performance, et à l’environnement. 
« Il n’est plus supportable que les grandes lignes soient ainsi délaissées et contribuent à assigner certaines populations à résidence » a souligné la maire de Beauvais.

«Nous ne voulons pas d’une France à deux vitesses, avec uniquement la desserte des 13 métropoles, mais une irrigation de tout le territoire», a déclaré Caroline Cayeux, sénatrice

Lire la suite : Association des villes de France : SNCF et Etat misent sur la seule desserte des 13 grandes...

08/06/14 lu dans  -

Projet de LGV : les riverains n'abandonnent pas

 

Stéphane Lafaye, président de la CRI, représente l’ensemble des riverains touchés par le projet de LGV. - BELLAC Photo

Stéphane Lafaye, président de la CRI, représente l’ensemble des riverains touchés par le projet de LGV. - 

C’est dans une salle comble à Blond que s’est déroulée l’assemblée générale de la Coordination des Riverains et Impactés par la LGV Limoges-Poitiers (CRI).

Cette soirée a été caractérisée par l'esprit combatif et confiant qu'ont tenu à exprimer tous les participants en votant à l'unanimité le rapport d'activité présenté par le président Stéphane Lafaye. En intervenant auprès des élus du Lot, de la Vienne, de l'Indre ou de la Creuse, la CRI a su s'imposer comme une association indépendante, à l'écoute des riverains et des "impactés", soucieuse de la défense des intérêts de chacun.

La CRI dispose dans chaque ville directement concernée d'un correspondant local qui lui permet d'être à l'écoute de toutes les initiatives sur le terrain. Le lien avec les adhérents est assuré par le site Internet qui a été très souvent piraté, ce qui a amené l'association à porter plainte au pénal.

Plus de 500 adhérents

Lire la suite : AG de la CRI